Meddling in Medellin


Medellin, Colombia - Esto sucedió cuando grabamos el spot que da sentido y origen a la campaña #NECESITAMOSMASBESOS. Escondimos la cámara para ver como reaccionaba la gente ante el beso de una pareja homosexual. Pero nunca imaginamos una reacción así de la policía...
Medellin, Colombia - Two Colombian police officers brutally stop and shove apart two young men kissing publicly in Medellin's Botero Square. As it happened, the two men were being filmed with a hidden camera for Colombia's Equality for All "We Need More Kisses" campaign...

Medellin, Colombie - Deux hommes qui s'embrassaient en public sur la place Botero de Medellin ont été brutalement interpellés et bousculés par deux policiers. Les deux jeunes hommes participaient en fait au tournage en caméra cachée d’un clip gay-friendly pour la campagne « Necesitamos Más Besos » (Nous avons besoin de plus de baisers)...



6 comments:

joseph said...

L'amour est la meilleure drogue au monde , dommage qu'il puisse être aveugle ou plutôt rendre aveugle le commun des mortels qui ne le reconnaît pas toujours!

another country said...

Les deux flics ne savent pas qu'ils sont filmés. La caméra les surprend "au naturel" et capte, fortuitement, le vrai visage de la discrimination.

JiEL said...

Triste de voir comment les gestes de tendresses peuvent être encore discriminés dans divers pays.

Pourtant, les latinos sont si chaleureux. Mais aussi, la répression fait parti de la vie politique de plusieurs de ces administrations et ce dans des pays DITS chrétiens.

Plusieurs latinos gais viennent se réfugier au Québec, à Montréal on en a beaucoup, pour fuir justement ce manque de libertés.
J'en connais plusieurs personnellement qui sont ici pour ces raisons.

NB. Ils s'adaptent bien et s'intègrent aussi à notre société de meilleure façon que les musulmans arabes.

another country said...

Cet "incident" est d'autant plus regrettable que la Colombie vient de reconnaître le mariage gay. Mais l'homophobie, comme le racisme et l'antisémitisme, a la vie dure et est impossible à éradiquer.

Anonymous said...

La Colombie, malgré ce que peut laisser supposer cet incident, est un pays extrêmement tolérant. A Bogotà tout un quartier (Chapinero) est devenu un havre de paix pour les gays : bars, commerces, boîtes, restaurants ont ouvert leurs portes et on y côtoie homos, hétéros, straights... D'autres points de la ville sont aussi de sympathiques lieux de rencontre. A Gartagena (port au nord du pays, sur l'Atlantique) les bateaux de croisière nord-américains font des escales prolongées pour que leurs passagers puissent apprécier les appâts masculins des jeunes Noirs et Métis, descendants d'esclaves, aux performances légendaires. Le pays, tout entier, est très "ouvert" de ce point de vue là, et il serait injuste de taxer ses habitants d'intolérance ou de racisme anti-gay. Les Latinos gays qui vont "se réfugier" au Québec, ou en Europe, proviennent souvent de petites villes ou de la "campagne", où il est difficile, comme partout dans le monde, de vivre sa sexualité au grand jour. Il faut dire que les garçons Colombiens, très précoces, ont des besoins, dans ce domaine, dépassant la moyenne de la planète. Aucune autre population (à l'exception peut-être de la brésilienne) ne peut rivaliser en la matière...

another country said...

Merci de ces précisions vraiment intéressantes.