Friday, April 17, 2015


Tintin et l'avion

Écrites et dessinées en plein âge d’or de l’aviation, Les Aventures de Tintin sont imprégnées du dynamisme de l’industrie aéronautique. Simples et discrets dans les premiers albums, les avions se complexifient et se multiplient dans les aventures suivantes. Hergé, passionné d’aviation, leur témoigne toujours plus d’attention et leur offre une place centrale dans ses récits. Protagoniste de scènes d’aventures (L’Étoile mystérieuse) ou de courses-poursuites (Les Cigares du Pharaon), l’avion devient un acteur à part entière de l'intrigue dans Vol 714 pour Sydney, avec l’apparition du mythique jet privé de Laszlo Carreidas.


L’hydravion jaune de L’Étoile mystérieuse
Hergé a pris comme modèle l’Arado-196, utilisé depuis les années trente par la plupart des navires de guerre de la marine allemande. L'appareil décollait grâce à une catapulte et pouvait se maintenir en vol pendant plus de quatre heures. C’est à ses commandes, et par la voie des airs, que Tintin va distancer l’expédition américaine du Peary et atteindre le premier le fameux aérolithe de l'Etoile mystérieuse.



Le biplan jaune de l’Ile Noire
Le De Havilland DH.82 Tiger Moth est le septième modèle d’une série d’appareils tous baptisés par Geoffrey De Havilland du nom d'un papillon de nuit.



Le chasseur bordure du Sceptre d’Ottokar
En le plaçant aux commandes d'un Messerschmitt Bf-109, Hergé permet à son héros de piloter un avion aux performances réellement impressionnantes...



Le Douglas DC-3 de Tintin au Tibet
Construit par Douglas Aircraft Company pour American Airlines, le Douglas DC-3 est utilisé pour parcourir les 1 000 km de la ligne Delhi-Luknow-Allahabad-Bénarès-Patna. Dédié au transport de passagers, il effectue son premier vol en 1935.



Le vol Air India de Tintin au Tibet

Persuadé que son ami Tchang se trouvait à bord d'un avion qui s’est écrasé dans l’Himalaya, Tintin entreprend de se rendre au Népal. Accompagné du capitaine Haddock, il voyage à bord d’un Lockheed Constellation d’Air India International, sur la ligne Londres–Paris–Genève–Rome–Le Caire–Delhi. Cet appareil, sans doute l'un des plus élégants jamais construits, demeure associé pour les tintinophiles à un running gag désopilant articulé autour d'un sparadrap récalcitrant.




Le biplan jaune de Tintin au Congo

Le biplan jaune qui vole au secours de Tintin au Congo n’est autre que l’Udet U-12 Flamingo. Sur ses flancs, Hergé a dessiné la silhouette d’une grue, emblème de la compagnie aérienne allemande Lufthansa.

Les avions et les figurines commercialisés par Hachette Collections peuvent être commandés ici (lien fourni à titre indicatif, sans but lucratif). Voir la collection complète sur la page Facebook "Tintin". 

6 comments:

JiEL said...

Je les ai trouvés sur EBay..

À plus ou moins 48$ can. + $12 pour l'envoi par courrier...

Le réacté du Vol 724 m'intéresse... Entre autre..

Le seul «hic» c'est qu'ils ne donnent pas les dimensions des modèles.. Me semble pas très gros (??)

another country said...

Evidemment, tous ces trucs-là sont hors de prix ! C'est pour ça qu'on a inventé les collectionneurs.

joseph said...

le seul hic que je connaisse (car Hergé et son équipe avait une documentation énorme à disposition) c'est l'hélicoptère d'Objectif Lune sans hélice arrière ni aileron ou gouvernail alors que l'appareil possède un fuselage allongé

another country said...

Ne peut donc voler que dans le cadre d'une bande dessinée ! :)

Merci de ces précisions, Joseph.

N a m o r a d o said...

Love Tintin!

another country said...

You found the right blog!