Friday, August 28, 2015




Sur cette photographie obscène, vendue
à la sauvette dans la rue (pour ne pas être vus de la police),
sur ce cliché pornographique,
comment pareil visage de rêve
a-t-il pu se retrouver ; que fais-tu donc ici ?

Qui sait quelle vie abjecte, crapuleuse, tu dois mener ;
quel entourage sordide était le tien
quand on t'a fait poser pour la photographie ;
quelle âme de voyou tu dois avoir.
Mais malgré cela, et pire encore, tu restes pour moi
le visage de rêve, la figure même
de l'amour grec et tout entière vouée à lui --
tu restes pour moi tel que te voit ma poésie.


- Constantin Cavafis, Tu restes pour moi (avril 1913) Trad. D. Grandmont

4 comments:

unnu said...

Notre société a bien évolué en un siècle.
Il lui reste encore une marge d'amélioration gigantesque.
Espérons que l'obscurantisme ne la replongera pas dans la haine et l'intolérance.
Espérons que la sexualité sera enfin vécu comme un bienfais.
Que la beauté d'un visage soit le reflet d'une sexualité épanoui...

Celeos said...

Tout est dit ! Grand Cavafis.

JiEL said...

Bien dit Unnu.

J'ajouterais qu'ici, au Canada et au Québec particulièrement, cette évolution, presqu'une révolution, s'est faite en moins de 50ans.
(1970-2015).

Amorcée dans les années 60 par ce qu'on appelle ici la «Révolution Tranquille» notre société s'est ouverte sur le monde et on a séparé la religion et l'état.
Après l'Expo 67, des bouleversements se sont produits dans toutes les sphères de notre société.

Éducation, arts, politiques, économiques etc...

Sans oublier l'émancipation des mœurs sexuels..

yves said...

AC, vous souvenez-vous d'un mail dans lequel vous me confiez que parfois vous songiez à balancer ce blog aux oubliettes ? vos lecteurs sont de trop belles personnes - cf. la plupart de leurs posts - pour que vous les deceviez en les abandonnant. ce blog reflète votre personnalité et, de toute évidence, vos lecteurs vous apprécient quelque soit le thème journalier proposé. vous pouvez vous dispenser de relayer mon propos. merci de m'avoir fait découvrir Cavafis. je suis désormais dans l'après !