Monday, August 31, 2015



When Airlines Looked Cool
and Showed It


Aaron Fine. Silkscreen, 1958.


Jean Colin. Stone lithograph, 1959.


Joseph C. Parker, Martin D. Glanzman. Silkscreen, circa 1953.


Lucian Boucher. Stone lithograph, 1946.


Manfred Bingler. Offset photolithograph, 1964.


Hans Rott. Lithograph, 1960.



Walter Bomer. Lithograph, circa 1959.


Stan Galli. Offset photolithograph, circa 1955.

33 Airline Posters From Flying’s Golden Age
"Airline Visual Identity, 1945-1975" showcases an extraordinary period of creativity in advertising and graphic design. (The New York Times, August 28, 2015). Read more.

11 comments:

JiEL said...

À l'époque où c'était encore agréable de voyager en avion..

Pas de fouilles à nu, pas de chichi avant de monter à bord, pas de terroristes...

another country said...

C'était encore l'époque du voyage et pas uniquement, comme aujourd'hui, de la seule destination. Etre arrivé le plus vite possible, voilà ce qui compte désormais.

yves said...

pas de fouilles à nu ? ça dépend du douanier. enfin j'ai bien pris compris, messieurs, que vous envoyez en l'air est l'unique intérêt que vous attribuez à l'aviation civile !!!

another country said...

True liberty is getting your dick worked on by a well-built, well-hung bleach blonde surfer fuck boy toy while U lean back to the wall of any men's room all across America and blow your load in his pretty mouth.

Philosophie valable à 10 000 pieds.

JiEL said...

I'll take that one dear friend...

What a flight plan you have there...
Blond surfer etc.. etc..

Le tout à 30 000 pi, (10 000 m.)

another country said...

Confusion de dernière seconde (bonjour le pilote !) entre les pieds et les mètres. Je voulais écrire 10 000 mètres, soit 30 000 ft., mais ma plume a fourché.
Il y a dans le PNC des créatures de rêve, ne l'ignorons pas. Une bonne raison de préférer l'avion. Mais sur les paquebots, il y a des cabines...

JiEL said...

PNC (???) Excusez mon ignorance de certains de ces abréviations...

Pour les paquebots, j'abonde dans ton point de vue: vive les tits mousses, matelots ET agents de cabines qui peuvent vous chambouler un lit de cabine en moins de deux....

Au gré des vagues, un roulis ou un tangage pourrait être fort salutaire et évacuer le vague à l'âme avec un tsunami de jouissances.

Bon, je divague encore....
J'aime «surfer» sur un thème: t'aime ou pas c'est «ce long»...

another country said...

Personnel Naviguant Commercial : les hôtesses et les stewards.

Les paquebots oui, mais pas sur ces monstres qui ressemblent à des HLM flottantes (voir post précédent). Je ne vois pas où est, dans ces conditions, le romantisme de la croisière... Je préfère encore rester chez moi.

Et OUI, je partage ton fantasme pour l'avoir vécu à quelques reprises dans des palaces de chez palace, où les choupinous et bogoss étaient partout, depuis la réception jusqu'au service en chambre, en passant par les cabines d'ascenseur. On ne savait plus où donner de la tête... Je peux te dire que le room service était... inoubliable. Je ne l'ai pas oublié. :)

joseph said...

quel oubli pour vos voisins du Nord " Avec la Sabena , vous y seriez déjà!" mais il n'y a pas que dans les palaces que des choupinous se nichent! j'en ai même rencontré de toute beauté dans des lieux que la mort côtoie!

another country said...

Je veux bien, mais "Sabena", c'est pas très glamour... Comparé à Pan Am, Trans World Airlines (TWA), etc., ça fait un peu cheap, un peu "low coast", comme on dit sur BFM TV. Ca n'invite pas vraiment au voyage.

another country said...

(Notez, Joseph, que j'aime beaucoup les Belges et la Belgique, et que mes propos concernant votre compagnie aérienne nationale ne sont pas irrespectueux.)