Thursday, September 03, 2015


Planche de Tintin au Congo (1930)

4 comments:

JiEL said...

On sent bien tout l'esprit colonialiste de cette époque.

Encore aujourd'hui, au Canada et principalement au Québec, on parle pour certains de notre esprit de «colonisés» pour avoir été «contrôlés» par l'Angleterre jadis.

Une époque qui s'est transformé en «colonisateurs économiques» pour certains pays en voie de développement.

another country said...

En tant que tintinophile, je suis consterné par la récupération de tout poil qui est faite autour de l'ancrage chronologique des premiers albums de Hergé. Si on devait réviser - et censurer - toute la production artistique et culturelle de ces 2000 dernières années à l'aune de nos valeurs actuelles, il ne resterait pas grand-chose dans les musées. On peut expliquer et contextualiser, bien sûr, mais arrêtons l'Inquisition du politiquement correct.

JiEL said...

Ces oeuvres d'une autre époque sont des témoins de ces folies des hommes....

Il n'est pas question de les censurer mais bien d'en souligner la mémoire d'une époque révolue..

On ne censure pas ces innombrables documentaires sur les Nazis et l'horreur des camps de concentrations qu'on nous sert à la télé et c'est justement pour notre mémoire collective pour qu'on n'oublie pas ce que la folie des hommes peut produire comme horreurs et inhumanités..

another country said...

Entièrement d'accord avec toi, mais ce travail de censure a bien lieu. Certains éditeurs américains remanient des classiques de la littérature pour en supprimer les "N*** words". C'est un début... Il faut faire attention à cette volonté de réécriture.