Monday, September 28, 2015



Screenshot from Stonewall
Stonewall

Although the police raid of New York City’s Stonewall Inn 46 years ago sparked riots that led to a movement impacting millions, the controversial movie based on that seminal event in LGBT history failed to draw a sizable audience on its opening weekend.

Put simply: Stonewall tanked at the box office. Worse than that: it bombed. If the movie Stonewall were a bottle thrown by rioters, it would be an empty plastic bottle that bounced on the ground several feet short of making contact with its target.
Much of the criticism of the film has focused on its casting, based on what was shown in advance screenings and previews. As The Advocate's Daniel Reynolds put it:
"To place the first brick thrown at the onset of the modern LGBT rights movement in the hand of a handsome young white man is not only out of touch with history; from a contemporary standpoint, it is downright offensive. After all, there would be no modern rights movement, no Stonewall, without LGBT people of color."
And he liked the movie.
Click here to read the full article
Source: The Advocate, Dawn Ennis, September 27, 2015




Op-ed: Both Stonewall and Stonewall Deserve Your Attention
by Mark Segal

It’s been amusing and angering watching the debate and suggestion of a boycott over the forthcoming film Stonewall. The reality is that nearly all the people on both sides have one thing in common: They weren’t there. And they are speaking for those who were there, acting as if we are not alive and cannot speak for ourselves. This shows a lack of understanding of our own shared LGBT history.

I was the founder of Gay Youth New York, and I was also a member of the Action Group started by Marty Robinson. We were the ones who wrote “Tomorrow Night Stonewall” in chalk on the walls and the street that infamous night... Read more.

4 comments:

another country said...

Personnellement, je vois immédiatement sur cette photo un argument en faveur du film... Evidemment, d'un point de vue critique, c'est un peu limité.

JiEL said...

Haaa, ces chers «amis» américains de la «classe moyenne» qui sont prompt à condamner avant de savoir...

Cette société qui se dit «libre» et ouverte mais tellement hypocrite.

On a qu'à voir, ici à Montréal, ces gays des USA venir «jouir» de nos libertés dans notre village gai pour comprendre qu'ils sont encore coincés dans leur «garde-robe».

Ils sont «supposément» sortis de la ségrégation raciale mais être noir aux USA est encore très difficile. Et là, je ne parle pas du sort réservé aux latinos.

Alors, les droits de la communauté LGBT ont pas mal de chemin à faire dans plusieurs états des USA.
Mon ami Joe d'Alabama doit demeurer dans le secret même si il devrait être libre et protégé par les lois fédérales.
Joe vient de trouver un emploi au Vermont et là, il pourra vivre, enfin, sa vie de gai librement. Même pays ici.,,,

Stonewall est, selon moi, ce genre de film, comme le furent ceux sur l'esclavage, qui va lever un petit coin de l'histoire des droits des LGBT aux USA.

Ils ont beau multiplier les rôles de gais dans de nombreuses productions la «masse» chrétienne américaine continue à nier aux gais le droit de vivre «normalement» dans plusieurs états, curieusement les plus à «droite» du Midwest.

Je vais sûrement vouloir visionner celui-ci.

JiEL said...

J'avais oublié de mentionner ce beau film «Normal Heart» (http://www.imdb.com/title/tt1684226/?ref_=nv_sr_1 ) avec Mark Ruffalo et Jonathan Groff (Looking) en vedette..

Toute l'histoire de l'arrivée du SIDA aux USA et comment les gais ont dû se battre pour faire admettre qu'il y avait «problème» majeur.
Impossibilité d'avoir des fonds pour la recherche car, cette nouvelle maladie, stigmatisait la communauté gaie...

Une autre histoire de «deux poids deux mesures» chez mes voisins du sud...

Un film basé sur des faits vécus par un journaliste.

another country said...

Je n'ai pas vu le film, mais je le regarderai. Il est toujours difficile de traiter un sujet historique sans s'attirer les foudres d'un camp ou d'un autre, voire de tous les camps à la fois (parfois à juste titre). Je ne connais pas suffisamment le sujet (Stonewall) pour me prononcer, mais je vais me plonger dans les archives pour approfondir mes connaissances. (Le film sur Harvey Milk avait déjà suscité des polémiques à n'en plus finir, parfois totalement fantasques et infondées. Difficile néanmoins de tenir un cap qui recueille l'adhésion générale.)