Thursday, January 07, 2016



Ugly et le Père Noël
 un conte de Noël de Daniel Mermet

(le texte lu par Adèle sur France Inter se trouve en bas d'article)

Je suis toute seule. J'ai treize ans et les vers de terre recouvrent tout même les fenêtres. Je les sens qui grouillent sur mes jambes partout.  Ils vont me remplir la bouche et me boucher les yeux. Comme ça, ça fera comme de la nuit.  A Singapour il suffit de respirer pour être heureux. On va partir là-bas Ugly tu verras. Oulo jouera du piano et tu feras danser le petit rat. Pleure pas petit frère !
- Ohmondieumondiemondieumondieu ! elle dit Maman. Je l'entends qui n'arrête pas de répéter ça jour et nuit.
Dans le noir près de moi, Ugly a pris le cadre avec la photo de notre chère Mamie pour lui faire des bisous. La photo est pleine de vers et avec ses bisous Ugly en avale plein. Au moins comme ça il mange un peu, lui qui est si difficile. Ça ferait plaisir à Maman si elle comprenait. Mais je l'entends par terre en train d'en lécher son vomi.
- Ohmondieumondiemondieumondieu !
Quand j'y repense c'était bien regrettable que Mamie de Villemomble n'était pas là pour ce joyeux Noël, surtout la bûche au chocolat, elle qui l'aimait tant. Mais il fallait bien l'enterrer puisqu'elle était morte. Et il fallait aussi réparer la maison que le feu avait ravagée. Alors Papa et Maman ont eu la bonne idée que notre cher Ugly et moi on irait chez Tonton Starsky pour Noël à Créteil Val-de-Marne.
Tata et Tonton Starsky ils ne peuvent pas avoir d'enfant ce qui est bien malheureux au sein d'un jeune foyer moderne. Comme ça, il a dit Papa, ils connaîtront un peu quelque part la belle joie d'un Noël en famille.
Ugly était triste de partir à cause de Oulo qui ne savait pas qu'elle était son amour. Il ne pourrait pas la voir à la fenêtre et lui montrer mon beau poisson rouge qu'il avait péché pour elle avec la fourchette à fondue savoyarde.
- OU-LO ? OU-LO ?! Il répétait doucement Ugly dans la voiture avec ses yeux de quand il est malheureux. Ça coulait dans ma main qu'il tenait dans sa main mais je n'avais pas envie de l'enlever malgré son odeur de vieille viande.
- OU-LO ? OU-LO ?!
Pour le consoler je lui ai dit que chez Tonton Starsky on verra le Père Noël.
Et c'était vrai. C'est même moi qui l'ai vu la première dans la Sainte Nuit de Noël.  Même qu'il dormait. Il ronflait pas il dormait sur le canapé de Tata près du beau sapin avec sa capuche rouge rabattue sur la tête. Si bien qu'on voyait pas son visage jovial mais juste un bout de sa barbe blanche avec l'élastique. C'était joli.
Vous vous demandez comment je l'ai vu comme ça en pleine nuit que tout le monde dormait ? C'est à cause d'un gros bruit qui m'a réveillée.
POUM
Alors je me suis assise dans mon lit dans le noir et j'ai réalisé dans ma tête que c'était la nuit de Noël. Et j'ai eu envie d'aller voir s'il y avait quelque chose dans mes tennis. J'avais envie très fort. Je me suis levée et j'ai marché dans le couloir sans allumer tout doucement avec seulement le bruit de mon sang dan mon cou.
Et soudain dans le salon j'ai vu le Père Noël qui dormait ce qui n'est pas courant.
- Bonjour !
C'était une voix derrière moi.
- Bonjour !
C'était une boîte en carton en or.
- Je m'appelle Majika.
C'était Majika.
- Je m'appelle Majika et je suis ton amie.
J'étais contente. Quelle ravissante poupée !
Je m'appelle MAJIKA. Je m'appelle MAJIKA...
- Chut ! j'ai dit, y'a le Père Noël qui dort. Il faut pas faire de bruit.
Majika me souriait.
- Ecoutez, j'ai dit (car au début je lui disais vous), on va attendre qu'il se réveille et on lui demandera si c'est vrai qu'il n'existe pas.
C'est ce qu'on a fait. On s'est assises dans le fauteuil de Tonton-pour-le-foot-à-la-télé et on a admiré les lumière clignotantes et féeriques dans le sapin.
Et alors j'ai vu tous les bouts de viande crue.
C'était comme plein de petits tas de viande hachée. Il y en avait partout sur le sapin, sur les guirlandes, sur le mur et moi j'aime pas la viande. Tata Starsky veut toujours m'en faire manger à cause du sang qui fortifie. Mais alors là, du sang j'étais servie. Il y en avait jusqu'au plafond, jusque dans la chaussure d'Ugly.
Oui, je sais bien, Ugly n'a pas besoin de chaussures puisqu'il n'a pas de jambes mais c'était Noël. Et pourquoi ne pas croire au miracle comme dit Papa lorsque l'amour et la science sont au rendez-vous ?
En attendant Tata et Tonton n'allaient pas être contents en voyant leur belle maison pleine de sang et de viande.
J'avais peur d'avoir vu tout ça alors que Tata et Tonton dormaient et Ugly aussi attaché dans la chaufferie. Et qu'est-ce qu'il va dire le Père Noël en se réveillant quand il verra tout ce chantier et que j'ai pris Majika ?
On est retournées dans ma chambre toutes les deux sans bruit. On a essayé de dormir mais moi les bouts de viande ça m'empêchait. Alors j'ai parlé à Majika. Je lui ai dit que j'avais un papa, une maman et un frère.
- Et qu'est-ce qu'il va lui apporter à ton frère le Père Noël, elle a dit cette poupée.
J'avais même pas remarqué s'il y avait un cadeau dans la chaussure de Ugly. Ca alors ! Peut-être que Tonton a oublié de dire au Père Noël que Ugly est là ? C'est que Tonton il est très occupé comme travail. Même des fois la nuit il part en vitesse quand la voiture arrive avec ses freins et sa grosse lumière bleue qui fait tourner les volets sur le plafond pasqu'y faut que Tonton se dépêche d'aller tuer les très roristes.
Oui, j'ai dit à Majika car Tonton Starsky il est flic de police même s'il a pas de képi. Tonton c'est un flic qu'est déguisé en n'importe qui. Mes copines elles croivent que ça se peut pas mais moi j'ai vu son trois-cent-cinquante-sept magnum.
- Comment l'as-tu vu ? m'a dit Majika.
- Parce qu'hier Ugly il a voulu me tuer.
- Allons bon.
- Je me rendais aux ouatères quand Ugly a surgi avec un gros revolver.
- C'était pour de rire.
- Avec Ugly on sait jamais et lui non plus. Je lui ai dit qu'il me laisse passer car c'était pressé. Si jamais tu me tues je vais te cafeter et tu iras pas à la télé dans la Star Academy.
Ugly faisait sa bave avec ses grosses bulles et moi j'en menais pas large.
Mais alors Tata Starsky est arrivée derrière lui sans bruit. Moi je la voyais mais lui non, tellement il allait me tuer. Tata lui a sauté dessus mais BOUM la balle a fait un gros trou brûlé dans la porte des ouatères où se trouvait Tonton Starsky avec Marguerite Duras.
- Keskispasse Nomdedieudenomdedieu Keskispasse ? il a fait Tonton en remettant son pantalon d'une main et en tirant la chasse de l'autre.
- Keuspastil ?
Tata hurlait par terre toute blanche.
- Calme-toi ! Françoise Nomdedieu ! il disait Tonton.
Il a enlevé chaque doigt de Tata qui serrait le revolver et il l'a rangé dans la poche sous son bras avec les petites bretelles en cuir.
Ugly regardait un clou dans le mur.
Tonton le soir à table il a dit :
- Ugly t'es grand maintenant je vais te parler mon grand bonhomme et toi file te coucher il m'a dit nomdedieu pasque j'avais recraché toute la bonne viande dans mon assiette.
Mais je suis même pas allée me coucher. Tonton il a expliqué à Ugly qu'il y a des messieurs très méchants qui tuent des gentilles grand-mères en leur enfonçant des serpillières dans la bouche comme mettons Mamie de Villemomble. Bon d'accord elle est déjà morte mais supposons. Alors il faut bien que quelqu'un les attrape avec un revolver les assassins et voilà c'est Tonton Starsky qui fait ça, c'est pour ça qu'il faut jamais fouiller dans les affaires de Tonton, il faut promettre sinon ça fera de la peine au petit Jésus et Papa Noël n'apportera pas de joujoux à Ugly. Et il faut arrêter de faire tout le temps des bêtises comme la fois que tu avais fait éclater la tête du petit chien Rocky en le lançant sur le mur du garage et que tu lui as enlevé les yeux avec le casse-noisettes, c'est pas gentil. Ça a beaucoup fait pleurer Tata, c'est pardonné mais quand même.
Ugly regardait la télé sur le frigo en bavant du yaourt sur le menton.
- Mais alors il a dit Tonton mais alors si Ugly est très gentil, mais alors TRÈS TRÈS gentil, eh bien le Père Noël apportera un beau revolver COMME Tonton. Et comme ça si une nuit mettons que Tonton serait pas là et que mettons il y aurait des voleurs dans la maison pour tuer Tata et ta petite sœur eh ben c'est Ugly avec son revolver qui chassera les méchants voleurs. D'accord ? Tu me promets, d'accord ? Et maintenant va te coucher, embrasse Tata. Tonton va venir t'attacher avec tes chaînes dans la chaufferie.
Et voilà tout ce que j'ai raconté à Majika.
On avait parlé tellement que je me suis pas aperçue que le téléphone sonnait et que personne ne décrochait.
Le téléphone faisait son bruit de quand c'est les copains de la police de Tonton qui l'appellent pour venir le chercher avec la lumière bleue.
Le téléphone s'est enfin arrêté et il y avait plein de silence. Je serrais très fort ma nouvelle amie. Ça a été long et la voiture est arrivée avec ses freins. Les types ont sonné et cogné à la porte.
- Police ! Ouvrez !
Ils rigolaient mais après ils rigolaient plus.
Ils sont entrés dans la maison. Il y a en a un qui a dit un gros mot et un autre qui l'a répété. Après ça ils faisaient plus de bruit, ils marchaient juste un peu.
Moi je faisais semblant de dormir mais j'ai entendu quand ils ont tourné la poignée de ma chambre. J'ai fermé les yeux très fort. Il y a avait un monsieur flic qui a dit qu'il fallait emmener la petite il faut pas qu'elle voie ça.
Qu'est-ce qu'il fallait pas je voie ?
- Réveille-toi, il a dit l'autre, réveille-toi mon petit.
Il faisait une voix gentille tout bas qui sentait le ouiski comme Maman. Il m'a dit qu'on allait partir tous les deux. Il a rien dit pour Majika mais il m'a dit surtout de pas regarder quand on allait traverser le séjour.
J'aurais bien voulu mais quand même j'ai regardé.
Il y avait plein d'autres flics dans le séjour atour du Père Noël qui dormait. Sauf qu'il ne dormait pas et que c'était pas le Père Noël. C'était Tonton Starsky. Heureusement qu'il a une moustache sinon je l'aurais pas reconnu mon Tonton. Toute sa figure c'était comme du steak tartare avec deux gros oignons blancs qui pendaient et qui étaient ses yeux.
Tata riait. Elle sortait sa grosse langue blanche et ses yeux tournaient en tous sens. Deux flics la tenaient pour qu'elle arrête de gigoter comme ça. Mais vite le monsieur m'a emmenée et on est montés dans la voiture. Personne n'a rien dit pour Majika. La voiture roulait et le bonhomme parlait tout seul.
- Nomededieunomdedieunomdedieu comment ça a pu arriver ?
Moi je le savais mais je lui ai pas dit. Je savais bien que Ugly ne dormait pas dans la chaufferie je savais bien qu'il avait cassé ses chaînes et qu'il avait rampé dans le noir pour voir son cadeau de Noël dans son petit soulier et qu'il a trouvé son joli revolver et qu'il est tout de suite allé voir si c'était vraiment COMME celui de Tonton qui était dans la cachette secrète et que c'était exactement le même.
Il était content Ugly.
Et justement il a entendu un bruit dans la maison C'étaient des très roristes qui venaient tuer tout le monde dans cette douce nuit, il s'est dit. Alors il a visé exactement comme lui avait fait voir son gentil Tonton Starsky.
Sauf que c'était le revolver de Tonton et que c'était Tonton qu'il visait. Oui c'était Tonton qui avait eu l'idée de la rouge houppelande avec la barbe blanche tout déguisé pour nous faire une surprise sympa lui qui n'a pas d'enfant.
Oui moi je sais tout ça, c'est Majika qui m'a tout raconté, elle a tout vu de sa boîte en carton en or.
Le bonhomme dans la voiture s'est mis à se taire.
Majika a hurlé :
- Joyeux Noël !

-- Extrait de UglyOhmondieumondiemondieumondieuDaniel Mermet, Ed. Seuil, Mai 1991



Ugly et le Père Noël
lu par Adèle
diffusé dans L'oreille cassée sur France Inter en ?


No comments: