Friday, April 15, 2016



2 comments:

yves said...

toutes ces zones ombragées qui sont autant d'invites à y nicher son nez puis ses lèvres. ce noir et blanc est d'une sensualité époustouflante. je trouve toujours ce genre d'attitude chez un homme très attirant : une forme d'abandon où tout peut se passer, même un simple instant de contemplation.

Silvano said...

Me rappelle un dessin de Cocteau dans "Ils", où le sujet se livre à une passionnante occupation.