Wednesday, April 20, 2016


“The two things that really drew me to vinyl were the expense and the inconvenience.”

4 comments:

another country said...

C'est un peu mon avis... Cette fascination pour les vieux vinyls me semble relever du snobisme... Mais je ne suis pas mélomane. Un de mes amis (qui l'est) ne jure QUE par le vinyl. Je reste dubitatif.

Anonymous said...

C'est que probablement vous êtes plus "digital" que "analogique". Mais la graduation entre ces deux pôles est parfois difficile à tenir.
Reste bien sûr tout le charmes des pochettes et des livrets grand-format et, ce qui devrait vous plaire mieux, le frisson félin à ressentir le léger feulement produit par la course du diamant (dans le meilleur des cas).
Sixte.

another country said...

In other words, diamonds are forever?


Et vous avez raison : je préfère le numérique à l'analogique (dans presque tous les domaines). Je n'aime le digital qu'au lit, avec un partenaire aux doigts de fée. :)

Anonymous said...

Je serais curieux d'avoir un exemple de domaine (autre que celui du traitement du signal - du son ici) auquel vous faites allusion en disant que dans presque tous, vous préférez le numérique. Merci de passer sur mes convolutions verbales et de n'y voir qu'une curiosité d'ordre grammaticale.
Sixte.