Thursday, May 05, 2016



Beauté, mon beau souci, de qui l'âme incertaine
A comme l'océan son flux et son reflux,
Pensez de vous résoudre à soulager ma peine,
Ou je me dois résoudre à ne le souffrir plus.

Vos yeux ont des appâts que j'aime et que je prise
Et qui peuvent beaucoup dessus ma liberté ;
Mais pour me retenir, s'ils font cas de ma prise,
Il leur faut de l'amour autant que de beauté.


- François de Malherbe (1555-1628)

7 comments:

joseph said...

Ah la Pléiade, souvenir ému de l'année appelée chez nous POESIE (l'avant dernière des Humanités avant la Rhétorique, mais pour moi plus prosaïquement deuxième et première scientifique , esprit matheux obligé!)

another country said...

Marquise, d'amour, vos beaux yeux mourir me font...

"Et qui peuvent beaucoup dessus ma liberté" : un vers inoubliable...

yves said...

et oui ! encore des promesses et...
rien après !

another country said...

Yves, vous êtes un indécrottable pessimiste :)

Saxo said...

Et qui va s'occupé du Marquis?

another country said...

Bonne question. Intéressé, Saxo ?

Saxo said...

Si vous vous mettez à brouter la Marquise, ne vous étonnez pas si je part avec le petit Marquis...
(en plus s'il est pas mal...et riche!!!) et hop:D)