Wednesday, May 04, 2016



Le pianiste virtuose Haddockskoff et le "rossignol milanais" Bianca Castafiore...

Source : Le blog de Revaxi, tintinophile averti

4 comments:

joseph said...

Vous donnez donc un sens particulier aux grand air des bijoux pianoté par Haddock dans la quête de la lune (encore un symbole?)? mais tellement bien défendu par la Bianca que sans l'avoir jamais entendu j'étais capable de l'imaginer et pas loin de la réalité comme je le découvris en même temps que ce superbe opéra Faust (même si ma préférence va à la damnation de Faust) pour moi la Castafiore était la caricature type de la cantatrice s'époumonant à réclamer la fougue d'un ténor léger , léger!

another country said...

Oui, bien sûr, vous avez raison : la Castafiore est effectivement une caricature de la cantatrice insupportable, mais je franchis dans ma lecture un pas supplémentaire, et, pour avoir été beaucoup harcelé par les (et victime des) filles à pédés (qui sont secrètement convaincues qu'elles sont LA femme qui vous remettra dans le droit chemin), je perçois le rossignol milanais comme une fille à pédés et emmerdeuse de niveau... olympique. D'où le petit air fredonné par Haddock en apprenant (à tort) son départ : " ♫ Elle est partie, ♪♪elle est partie... ♫♫ ma douleur au pied !".

joseph said...

et que pensez vous de la caricature de l'homme de métier surchargé , et last but not least de la famille infernale de l'assureur Lampion?

another country said...

Le père de famille hétéro dans toute sa splendeur...Drague-t-il les jeunettes pendant ses heures de bureau, lorsque sa chère et tendre a le dos tourné ? Question, mystère...