Sunday, May 22, 2016


where Time comes to a standstill
lorsque le Temps s'immobilise

Paradise lost and... found


The mind is its own place, and in itself
Can make a heav’n of hell, a hell of heav’n.

9 comments:

JiEL said...

Un endroit idéal pour un bain de minuit avec l'Être aimé.

another country said...

Nos coeurs entre les pins palpitent...

JiEL said...

On est «cyprès» qu'on entend nos cœurs battre à tout rompre...

Tout le sens de se passer un sapin...

Une belle sève qui gomme bien joyeusement nos épineuses caresses.

another country said...

Lorsque le temps s'immobilise... (Aux Marquises* ?)
J'ai trouvé que ce serait une bonne traduction pour le titre de ce post... Là où le temps s'immobilise...

Je ne sais pas si tu connais le titre de Jacques Brel (ici)

joseph said...

ce pin est un plagiat de la coiffe des Gilles de Binche (inscrit au patrimoine immatériel de je ne sais plus quel organisme mondial de sauvegarde du grand n'importe quoi avec des exceptions qui confirment la règle)

JiEL said...

Non, je ne connaissais pas ce titre de Brel quoique je connaisse un peu les chansons de ce grand chansonnier.

En passant, pourquoi ne pas avoir mis ce titre en français à la suite de la version anglophone?
Encore ma «folie» d'aimer ma langue française, surtout que vous êtes FRANÇAIS de FRANCE......

another country said...

Un pin parasol qui porte bien son nom...

another country said...

@ JiEl : Ce n'est pas - et de loin ! - son meilleur album. L'inspiration n'est pas au rendez-vous (Brel était déjà malade) et les textes, selon moi, ont du mal à prendre leur envol. On est très loin du grand Brel.

another country said...

Voeu exaucé : une traduction française du titre est désormais proposée au visiteur francophone.