Saturday, December 10, 2016


Sous le sapin...

A offrir, à s'offrir ou à se faire offrir pour Noël


Issu d’un journal intime retrouvé, Tombe, Victor ! nous plonge au cœur de la fin des années 60, dans une petite ville du sud de la France.
À 14 ans, Paul partage son temps entre sa scolarité et des études de piano qui le mèneront, espère-t-il, à une carrière de concertiste.
Issu d’un milieu populaire, il croise la route de Victor, garçon volubile, volontiers bagarreur, archétype du fils de famille en rupture de ban, avec lequel il découvre sa sexualité différente.
Si, pour Victor, ces épanchements ne sont qu’un jeu, ils augurent, pour Paul, d’une part essentielle de sa future vie d’homme.
Victor, ce gamin gouailleur, fils de notable, sera son premier amour. Mais un ange noir veille et sera à l’origine d’un drame aux funestes conséquences.


Extrait :
« T’es vraiment une tapette, toi ! » Victor me regarde avec ses yeux noirs ; un mince sourire dévoile des dents de carnassier. C’est un homme, déjà. C’est dit sans méchanceté, comme un désir d’affirmer sa virilité. Je m’appelle Paul, j’ai bientôt quinze ans, je viens d’entrer en troisième et mon cœur bat pour Victor, seize ans, qui ne le saura jamais, je me le suis juré. Je pense malgré tout qu’il a compris mon attirance : lui qui semblait me mépriser depuis la cinquième, s’est rapproché de moi, se donne des airs de parrain, me protège de je ne sais quoi. Victor a redoublé la sixième, un affront pour ce fils de notable dont le père est un riche médecin qui se pique aussi de politique. Le docteur Panella s’est présenté aux dernières élections municipales. Mon père, gaulliste, n’a pas voté pour lui. Il a dit que c’était un pétainiste, et le docteur Panella a été battu. Sa défaite n’a pas eu de conséquence : il y a toujours foule dans la salle d’attente de son cabinet du boulevard Foch.
Quand ma mère a été malade, le mois dernier, je lui ai dit d’aller chez le père de Victor, que c’était le meilleur médecin de tout Antibes, et qu’elle pouvait lui dire que j’étais un camarade de classe de son fils.
Elle n’en fut pas moins reçue comme une patiente ordinaire, rapidement, sans que le docteur ne relève, m’a-telle dit, ma proximité avec son garçon. Victor me traite de tapette parce que je lui ai dit que j’avais acheté un 45 tours de Claude François, et que c’est un pédé ; il a lu ça dans Minute.
Mais l’autre jour, quand j’étais en bermuda, Victor a dit que j’avais des jambes de fille, parce que vierges de tout poil.
Ce qui est bizarre, c’est qu’il a passé la main dessus doucement en disant « Oh la la ! Ces jambes de fille, c’est doux ! » Et puis, il s’est mis à rigoler.
J’ai rien dit, mais j’ai vraiment aimé ça.
J’y ai repensé le soir dans mon lit avant de m’endormir : il fallait surtout pas que je me fasse des idées : il a dû dire ça pour se marrer, c’est tout.
J’ai quatorze ans et demi. Je ressens des choses bizarres, mais je ne peux pas en parler à la maison, parce que ma mère déteste qu’on aborde ce genre de sujet. Elle dort dans la chambre de mon grand frère depuis qu’il est parti faire son service militaire ; je sais qu’elle n’aime pas beaucoup mon père : avant, quand ils dormaient dans le même lit, je les entendais se disputer la nuit. Après, elle allait dormir dans le canapé du salon et je crois bien qu’elle pleurait. Je ne sais pas à qui je vais bien pouvoir dire ce qui me tourmente."


Tombe, Victor !
Roman

Par Louis Arjaillès (auteur de Gay Cultes)
Thème : Sentimental
Format : Roman (134x204)
Nombre de pages : 152
Date de publication : 29 juin 2016
ISBN : 9782334159562
Prix : € 14

Cliquez ici pour commander en ligne
Commandez-le chez votre libraire habituel
A Paris, le livre est disponible à la librairie "Les mots à la bouche"