How like a winter hath my absence been
From thee, the pleasure of the fleeting year!
What freezings have I felt, what dark days seen!
What old December’s bareness everywhere!
For summer and his pleasures wait on thee,
And thou away, the very birds are mute.


Quel hiver a été pour moi ton absence,
Ô toi, joie de l’année fugitive !
Quels froids glacés j’ai sentis ! quels sombres jours j’ai vus !
Partout quel désert gris de décembre !
Car c’est près de toi qu’est l’été avec ses plaisirs,
Et, toi absent, les oiseaux même sont muets.


- W. Shakespeare, Sonnet 97 (excerpts, extraits)
Traduction française de François-Victor Hugo