Wednesday, March 01, 2017


I'm a man, can't you see what I am?















2 comments:

joseph said...

quelle jolie plaie d'amour sur le cœur du premier ! pourvu qu'il ne souffre pas trop et qu'une main bienveillante arrache les vilaines épines....

chrisbard said...

Le deux est vraiment attirant, je l'imagine, son regard langoureux m'effleurant, son sexe offert à ma convoitise, je ne saurai pas dire non, mais, le voudrai-je ?
Toujours cours de langue, quand on voit ses belles petites couilles pendantes, on a l'illustration de la phrase du Cardinal chargé après chaque élection d'un nouveau Pape, de proclamer - après palpation - : Duos habet et bens pendentes (il en a deux, et bien pendants). Ceci afin d'éviter qu'un Pape, qui alors serait une Papesse, d'en avoir, justement, pas ! Ils s'étaient fait avoir une fois, et ne voulaient pas que ça recommence...
Et un peu de culture, couille, auquel le sens connu aujourd'hui fut donné par Rabelais, était en ancien Français le diminutif de couillon, aujourd'hui, on dit un couillon, un petit couillon, mais à l'époque on disait un couillon, un couille, et des expressions comme, mis au gout du jour, qu'est-ce qu'il est couille ce mec, seraient superbes !