Friday, June 16, 2017



7 comments:

JiEL said...

OMG! OMG! OMG! OMFG!........

Une bête de rêve ET ce maillot qui lui «pette» sur le corps musclé..

WOUFFFF !

chrisbard said...

Hello, please, traduction, en Français de souche (comme disait notre bonne Nadine Morano nationale) cette phrase (ET ce maillot qui lui «pette» sur le corps musclé..) est pour nous totalement incompréhensible...

JiEL said...

@Chrisbard,

INCROYABLE de vous voir les «FRANÇAS» de n'être pas capable de nous comprendre, nous les québécois...

Alors que nous savons, dans la plupart des cas, déchiffrer votre langue bourrée de régionalismes tordus..

OMG (OH My God) = OH MON DIEU
OMFG (OH My fuckin God) = OH MON PUTIN de DIEU.(le mot fuckin en anglais va plus dans le sens de «fourrer» ou «sodomiser»...)

Pour le mot «petté» il signifie que son maillot s'ajuste à son corps comme une deuxième peau..

J'espère le tout assez limpide et clair. ??

JiEL said...

@Chriabard,

C'est toujours surprenant comment VOUS les «FRANÇAS» de FRANCE n'arrivez jamais, ou presque, à nous comprendre nous les québécois.

OMG (Ho My God) = Ho Mon Dieu.
OMFG (Ho my Fuchin God) = Ho Mon Putin de Dieu)
Ici le mot «fuckin» argo anglo de «fucking» veut dire «fourrer» ou sodomiser»...

Pour le mot «pette» cela exprime que son maillot lui colle à la peau comme un gant ou une deuxième peau....

Dire que nous, on fait des efforts pour vous comprendre quand dans vos films et productions vous utilisez VOS termes régionaux.

chrisbard said...

Hello cher JiEL, c'est bien ce que je disais, pour reprendre le débat, le Français "canadien" est devenu pour bonne partie une langue à part de la notre, et, en cela je suis (du verbe suivre), presque tous les linguistes, pensant que d'ici quelques siècles, Français et Canadien "Français" seront deux langues distinctes.
Il faut noter aussi que finalement le Français est très homogène, et que beaucoup de termes régionaux ne se pratiquent que dans les régions dont ils sont issus. Par exemple, je suis dans une région, où, la réputation est d'être la région où l'on parle le mieux le Français. Cependant, beaucoup d'expressions typiquement Bourguignonnes ne se pratiquent qu'ici. On a : pour dire que l'on est chez un ami, un frère, etc. , on est vers "lui", demeurer ou habiter se dit "rester", style, le (on fait toujours précéder le prénom ou nom par "le", donc, ah, le Serge, il reste près le lavoir, on dit "près le" et pas près du", expression aussi qui couramment utilisé, "oh, mais vous partez, tout de suite, bon, je vous remmène vers l'huis", "tout de suite" étant une sorte de ponctuation, remmener au lieu de ramener, l'huis, porte, que l'on retrouve encore dans procès à huis clos, on ne fait pas revenir ou rissoler de la viande, mais on la fait "jaunir", deux véhicules ou deux personnes qui se heurtent accidentellement se dit "beugner", on dit on pleut, on neige, on vente (correct grammaticalement, dans il pleut, il c'est qui ?). On conjugue pratiquement tous les verbes avec "y", on dit, on va y faire, on va y dire, je vais y écrire etc. Mais au plan national, on n'aura jamais ce genre d'expression, ni dans les livres, films, télévision, etc. Ce qui fait que les Francophones ou étrangers ayant appris le Français académique, n'ont pas d'effort à faire pour nous comprendre. J'ai deux voisins Hollandais en face de chez moi, parlant et comprenant pratiquement couramment le Français. Sauf, que si je mets à parler Français, non pas académique, mais tel qu'on le parle actuellement, ils ne me comprennent pas. Ce qui serait exactement le cas pour un Canadien Francophone. Petit exemple, un jour on passe devant une maison où "reste" un petit négociant en vins, et je dis, bah, voilà "X" c'est là qu'il est mais il n'est pas là, à ce jour, ils n'ont toujours pas compris mon dire...

chrisbard said...

Et, pour poursuivre un peu la conversation plus bas, sur les tétons et mamelons, la langue Française est vivante et évolue, et donc tétons et mamelons signifiant un peu la même chose sont devenu pour l'un et l'autre typiquement masculin ou féminin. Pénis et verge, par exemple signifient la même chose, le membre viril dont nous sommes si fier, cependant aujourd'hui, existe une différence, pénis signifiant le membre viril flasque, et verge le membre viril en érection, ce qui fait d'audacieux jeux de mots, on peut dire à son amant nu devant soi, mais qui cependant ne bande pas, mais dis-moi, tu n'as de verge toi ! En langage familier, on a "turlutte" qui est devenu se faire faire une gâterie buccale, alors qu'initialement "turlutte" veut dire se faire ou se faire faire une gâterie manuelle. D'ailleurs, "turlutte" est une pratique de pêche un peu particulière,et quand on sait le mouvement de la main sur la canne à pêche pour la pratiquer, on comprend très bien pourquoi "turlutte" a signifié en premier une gâterie manuelle. Bonne journée à tous !

JiEL said...

Merci de vos précisions mais faut aussi savoir qu'en France, comme ici au QUÉBEC, il y a plusieurs régionalismes et expressions typiques de divers parties de la francophonie de par le monde..

Je TIENS à vous préciser que le «CANADIEN FRANÇAIS» comme «langue» N'EXISTE PAS... C'est une insulte à nous, les QUÉBÉCOIS....

Au CANADA, il y a les «ACADIENS» et les «BRAYONS» qui habitent les provinces maritimes dont les dialectes sont associés au français de Louis XIV mais avec des termes «anglos» dus à leur déportations vers les USA par les soldats anglais jadis.
D'ailleurs, les «francos» habitant la Louisiane sont les descendants de ces acadiens qui sont demeurés dans cet état américains. Eux ont presque perdu leurs racines francophones.

Il y a aussi les «anglo-ontariens» qui habitent l'Ontario qui eux sont à perdre leur langue française car ils ont assimilé des tournures et vocabulaires anglophones.

Il y a aussi, au Manitoba à St-Boniface, une communauté francophone qui se battent bec et ongle pour maintenir leurs droits en éducation et d'être servi dans leur langue et ce malgré que le Canada soit «officiellement» un pays «bilingue»...

Comme vous voyez, quand nous, les QUÉBÉCOIS, avons les poils qui nous dressent quand on vous entend «massacrer» notre langue française avec des apports «snobisants» de termes anglophones,on se dit que vous ne comprenez pas les danger de ces «évolutions» de notre langue.

Oui, une langue évolue mais à quel prix?

Faut vivre au nord de l'Amérique anglophone et voir ces ravages dans les maritimes, en Ontario etc. pour bien saisir le péril d'assimilation qui guette notre langue française.

On a ici un «Office de la Langue Française» qui est à l'affut des écarts de langues surtout dans l'affichage commercial.
Mais aussi dans divers domaines de communications comme la publicité.
(Les «SPONSORS» chez vous.. MERDE)
Ici on a des «commanditaires» et non des «sponsors» et on commandite et non c'est «sponsorisé»...